PUBLIÉ LE 
17/1/2022

Comment rédiger une bonne conclusion en 2 étapes ? [Avec exemples]

Plan de l’article

Rédiger la conclusion d’une dissertation, d’un mémoire ou d’un article, c’est un peu comme désamorcer une bombe. 

rédiger une conclusion bombe


Vous manquez de temps. Le compte à rebours touche à sa fin. Et vous ne savez pas si vous devez couper le fil rouge ou le fil bleu.

Une mauvaise manipulation et tout vous saute à la figure. Vous laissez une mauvaise impression au lecteur au moment où vous mettez le point final de votre écrit.

Et vous risquez une mauvaise note ou une mauvaise surprise (dans le cadre d’un article de blog) !

Il existe beaucoup de mauvaises informations sur ce qui doit figurer dans une bonne conclusion.

Dans cet article, nous prendrons un malin plaisir à dissiper les idées reçues et à rappeler le véritable objectif de ce dernier paragraphe. Nous vous dirons aussi ce que doit comporter une bonne conclusion.

Cette touche finale est importante, mais elle n’est pas difficile à écrire.

Qu’est-ce qu’une bonne conclusion ?

La conclusion est la dernière partie de votre écrit, qu’il s’agisse d’un mémoire, d’un commentaire, d’une dissertation ou d’un article. Le mot vient du latin concludere, qui signifie « fermer » ou « finir ».

Le rôle d’une conclusion est donc de mettre fin à l’argumentation et de répondre à la problématique soulevée dans l’introduction de votre contenu. C’est tout. Car le risque, c’est d’en faire trop, au moment où l’on arrive à la fin de la rédaction.

Qu’est-ce qui ne doit pas figurer dans une conclusion ?

Commençons par ce qu’il ne faut pas faire. Mieux vaut aller à l’essentiel dans la conclusion et garder du temps pour la relecture. Conserver un moment pour éditer son texte et utiliser un correcteur comme Merci App afin de rendre un écrit professionnel soigné, sans fautes d’orthographe ni lourdeur.

[cta-main]

Voici les pièges à éviter.

1. Faire une ouverture

On trouve ce conseil un peu partout. On vous recommande d’élargir la perspective, d’ouvrir vers un sujet plus général ou vers les nouvelles questions que cela soulève.

Le problème, c’est que « l’ouverture » est une notion floue. Ce n’est pas facile de cerner ce qu’on pourrait dire.

rédiger une bonne conclusion - faire une ouverture


Et le risque, c’est de révéler une idée qui aurait dû être abordée dans le corps de l’écrit dissertatif, du mémoire ou de l’article. 

Un autre risque avec cette approche, c’est de sortir du cadre de l’idée maîtresse et de mettre le lecteur dans la confusion.

Enfin, c’est difficile à trouver à un moment où l’on peut manquer de temps.

Un exemple d’ouverture problématique :

Pour le sujet : « Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ? »

Notre étude a montré qu’au-delà du poids contraignant des devoirs que l’on peut sentir au premier abord, ils n’entravent pas notre réelle liberté. Bien au contraire, nos devoirs nous libèrent de la nature humaine qui est en nous et qui nous rend esclave de nos pulsions, désirs et violence interne. Reconnaître ses devoirs et les accepter contribue à entretenir notre puissance d’agir et donc notre liberté. Le concept de devoir reste très lié à celui de droit dans les démocraties occidentales. Le droit de vote est-il libérateur ?

Avec les deux dernières phrases, on voit que l’on sort complètement du sujet pour aborder une tout autre notion. Si vous supprimez celles-ci, la conclusion fonctionne très bien et remplit pleinement son rôle de clôture.

2. Finir avec une citation

Vous trouverez aussi comme conseil de terminer avec une bonne citation, pour jeter des paillettes dans les yeux du lecteur ou du correcteur.


Mais si la citation est appropriée au sujet, elle devrait être intégrée dans le corps du texte. Vous pouvez trouver quelques idées dans un dictionnaire de citations.

3. Indiquer les limites de son argumentation…

… dans un élan d’humilité. Ne faites pas ça.

Ne diminuez pas votre argumentation au moment de conclure. Évitez les conclusions du type : « il existe de bonnes raisons à l’appui d’une autre thèse ».

La conclusion est ce moment où l’on persiste et signe. On affirme son point de vue.

4. Évitez les tournures trop scolaires

Ce sont les tournures comme :

  • « en conclusion »
  • « pour résumer »
  • « finalement »
  • etc.

Ça donne un peu de lourdeur au texte. Dans un exercice très spécifique comme la rédaction d'un communiqué de presse, par exemple, il faudra jouer avec beaucoup plus de subtilités.

Bref : le risque ici, c’est de faire trop compliqué. L’avis du lecteur ou du correcteur ne se joue pas dans la conclusion. C’est lors de l’introduction et du développement de l’argumentation qu’il faut convaincre. C’est dans ces précédentes étapes que doivent se concentrer vos efforts pour accrocher le lecteur et le séduire.

Maintenant que vous êtes libéré de fioritures inutiles, venons-en à l’essentiel et à ce que vous devez faire.

Comment rédiger une bonne conclusion en 2 étapes

Savoir précisément ce que vous devez mettre dans la conclusion évite de la bâcler. Ça vous permet aussi de gagner du temps pour améliorer l’orthographe ou d’avoir recours éventuellement à un correcteur d’orthographe.

Que doit contenir une bonne conclusion ?

Elle doit contenir la thèse, c’est-à-dire l’idée maîtresse que l’on défend dans la composition.

Elle doit rappeler les arguments principaux qui soutiennent la thèse. C’est tout.

Vous facilitez le travail du lecteur ou du correcteur en lui indiquant ce qu’il doit retenir. C’est un exercice de synthèse

Comment faire une bonne conclusion de dissertation ou de mémoire — la méthode

Étape 1 : rappeler la thèse

Vous donnez à nouveau votre thèse, mais en la reformulant. Ne faites pas de copier-coller.

Étape 2 : rappeler les principaux arguments

Vous redonnez les arguments principaux en les reformulant et si possible en les reliant. Vous mettez ainsi en lumière la logique de votre argumentation. 

Deux exemples pour vous aider à faire une bonne conclusion

1. Exemple de conclusion pour une dissertation

Pour le sujet : « Peut-on tolérer l’intolérance ? »

Thèse : Tolérer l’intolérance aboutit à la destruction même de l’idée de tolérance

Arguments principaux :

  • à première vue, la tolérance nécessite d’accepter les points de vue opposés
  • Les personnes intolérantes veulent détruire ceux qui ont des idées différentes 
  • La tolérance nécessite de poser des limites pour préserver son existence

Conclusion :

Accepter l’intolérance équivaut à anéantir le principe même de la tolérance. Être tolérant implique effectivement d’accepter des visions opposées du monde. Cependant, celui qui est intolérant cherche à écraser ceux qui ne partagent pas sa vision du monde. Ainsi, la tolérance doit poser un cadre qui exclut l’intolérance.

2. Exemple de conclusion d’un article

Thèse de l’article : L’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO) est la meilleure source de clients pour une entreprise

Arguments :

  • obtenir des clients grâce au SEO demande du temps et ne produit pas des effets immédiats
  • cependant, les gens utilisent de plus en plus Google pour s’informer
  • le SEO permet de profiter gratuitement de ce trafic de gens intéressés (prospects qualifiés) pendant des années 

Conclusion :

Votre entreprise a tout intérêt à investir dès maintenant dans le SEO. Vous n’aurez peut-être pas tout de suite un afflux de gens sur votre site internet. Mais votre audience utilise de plus en plus Google pour se renseigner sur les produits ou services comme le vôtre. Il est temps de placer votre site de façon à bénéficier de ce trafic et disposer d’une source continue et gratuite de clients potentiels.

À quoi ça sert d’écrire une conclusion, finalement ?

Le rôle de la conclusion est simplement de clôturer le propos. Le danger, c’est de vouloir en faire trop et d’ajouter des éléments qui parasitent la compréhension. Vous noyez le lecteur avec des informations inutiles ou superflues.

La conclusion doit être simple et aller à l’essentiel. Elle permet au lecteur de se remémorer la thèse et les arguments qui ont été exposés afin d’avoir une vision claire de l’écrit. C'est d'ailleurs l'une des compétences clés d'un Manager.

Prochaines étapes pour améliorer vos compétences rédactionnelles :

Le meilleur de votre expression écrite.
MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.
Utiliser MerciApp gratuitement
Fonctionne avec tous vos outils préférés.
Rédaction

Autres articles