8 conseils de pro pour rédiger une dissertation sans faute (+ les 10 erreurs à éviter)

  • Rédaction
23 minutes
8 conseils de pro pour rédiger une dissertation sans faute exceptionnelle

Ah, la dissertation ! Qu’elle soit pour vous souvenir de jeunesse ou épreuve approchante et redoutée, il y a fort à parier que vous l’avez croisée sur votre chemin. Exercice académique de référence, elle est l’épreuve majeure de nombreux concours dans diverses disciplines. Bref, la dissertation, c’est comme la soupe à l’oignon : ça fait partie du patrimoine français.

Mais comment réaliser une bonne dissertation, sans faute ni faux pas, tant dans la réflexion et l’argumentation que dans l’écriture en elle-même ? Car oui, mon capitaine, son exigence repose sur l’association de ces deux compétences. 

Nous vous livrons nos 8 conseils de pro (ou de profs ?) pour comprendre la méthodologie de la dissertation et exceller dans cet exercice redoutable ! 

La dissertation, qu’est-ce que c’est ?

8 conseils de pro pour rédiger une dissertation sans faute exceptionnelle

Il serait difficile de rédiger une bonne dissertation si vous ne comprenez pas clairement les enjeux de cet exercice. Et c’est d’ailleurs ce qui pèche parfois ! Et non, la dissertation n’est pas la même chose qu’une rédaction ou qu’un commentaire de texte littéraire.

La dissertation est un exercice de réflexion sur un sujet donné, sujet qui se présente souvent sous forme de question. Il peut également être donné sous forme affirmative, voire se réduire à un simple terme. Dans tous les cas, il invite à la discussion.

L’objectif de la dissertation est de proposer une argumentation structurée pour répondre au sujet, lequel aura été problématisé (nous y reviendrons). Cette argumentation doit donc cerner entièrement le sujet et y apporter une réponse correctement rédigée : l’écriture est au cœur de l’exercice. 

La dissertation est l’exercice phare de nombreuses disciplines, au premier rang desquelles la littérature, la philosophie, l’histoire-géographie ou l’économie.

Voici quelques exemples de sujets de dissertation, issus de plusieurs disciplines : 

  • La violence est-elle inévitable ? (Philosophie) ;
  • La liberté des uns s’arrête-t-elle là où commence celle des autres ? (Culture générale, philosophie) ;
  • Dans son épilogue aux Fleurs du mal, Charles Baudelaire écrit : “Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or”. À la lumière de votre lecture du recueil, vous discuterez cette affirmation. (Littérature) ;
  • La pensée. (Philosophie) ;
  • Les États-Unis et l’Europe depuis 1945. (Histoire) 

-> Pour garantir une dissertation impeccable, n’oubliez pas d’utiliser MerciApp. Notre correcteur de faute d’orthographe nouvelle génération vous aidera à éliminer les erreurs et à peaufiner votre travail à la perfection.

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Rédiger une dissertation sans faute : 8 conseils et étapes

Une dissertation, en tant que réflexion, se bâtit en deux temps : d’abord elle se construit (dans son raisonnement, sa progression logique), puis elle se rédige, afin d’être claire et agréable à lire. Une expression rigoureuse compte autant que la réflexion qui s’y joue.

Comme dirait Victor Hugo dans ses Proses philosophiques, “La forme, c’est le fond qui remonte à la surface”. Alors pour avoir une plume hugolienne au service d’une réflexion platonicienne, suivez nos conseils ! 

Commençons par la construction de votre raisonnement, qui débute avec l’étude du sujet. 

1° Étudiez précisément les termes du sujet

Quelle que soit la durée de votre épreuve, ne négligez pas cette première étape, car elle est fondamentale : une bonne analyse des termes du sujet vous permettra de saisir les enjeux de celui-ci et d’éviter un hors-sujet. 

Remarque :

Celle-ci doit être une étude précise qui donnera un cadre à la réflexion et vous permettra également de comprendre les enjeux sous-jacents au sujet (très important, nous y reviendrons en 3°). 

Pour ce faire, vous devez : 

  • Définir les termes du sujet ; 
  • Délimiter une période (notamment en histoire ou en géographie) ; 
  • Réfléchir aux différents sens et aux interprétations possibles.

Voici un exemple d’analyse du sujet de philosophie “La violence est-elle inévitable ?”. 

Le sujet se présente sous la forme d’une question directe (inversion du sujet et du verbe). 

Définition des termes : 

  • violence = acte dirigé contre une personne avec usage abusif de la force. Peut être physique, psychologique, verbale. Mots associés : force, contrainte, abus, pouvoir, conflit, etc. ;
  • inévitable = qui ne peut être évité. Suffixe -able (potentiel) et forme négative (le sujet n’est pas “La violence peut-elle être évitée ?”) qui donnent une impression de fatalité à cette question. Est-on déjà résigné en posant cette question ? La formulation invite à penser que la réponse serait oui (Pourquoi ? Par l’Histoire et les guerres qui la jalonnent ?).

À noter : ces définitions et ces ébauches pourront évoluer. À ce stade de l’exercice, ne vous censurez pas ! Bien évidemment, une analyse du sujet en philosophie invite plus rapidement à la réflexion personnelle, tandis qu’un sujet d’histoire nécessite des définitions plus pragmatiques. Mais cette analyse est importante dans les deux cas ! 

8 conseils de pro pour rédiger une dissertation sans faute exceptionnelle

Pour clarifier les termes du sujet, vous devriez envisager d’aborder la question sous divers angles de manière successive :

  • vos intuitions ;
  • les définitions que vous pourriez les attribuer en considérant les différentes définitions possibles d’un même mot ;
  • en philosophie vous pouvez également tous ce que ne sont pas les termes du sujet. Par exemple la violence n’est pas de la bienveillance ou de la douceur.

Remarque :

Pour l’histoire-géo, pensez à fixer les limites temporelles et spatiales du sujet. Ces limites peuvent être explicitées dans le sujet. Parfois, elles sont à déterminer de manière implicite, c’est alors à vous de les identifier.

Êtes-vous sûr(e) de toutes les connaître?

Téléchargez votre guide gratuit exclusif et révolutionnez votre écriture dès maintenant en évitant les 14 fautes qui minent votre crédibilité !

Book Mockup (1)
Book Mockup (1)

2° Appuyez-vous sur des exemples concrets pendant votre réflexion

Après cette première définition des termes, il y a de fortes chances pour que des éléments de cours, des connaissances ou des idées vous viennent à l’esprit. C’est le moment de noter tout cela sur un brouillon ! 

Encore une fois, ne vous censurez pas ici : il faudra bien sûr trier et vérifier que vous ne partez pas dans la mauvaise direction à un moment, mais écrire au brouillon tout ce à quoi vous fait penser le sujet est nécessaire. Une bonne idée est vite oubliée, surtout avec le stress et l’adrénaline de l’épreuve ! 

Petit conseil ici : ne réfléchissez pas dans le vide, notamment en littérature et en philosophie. Votre réflexion doit s’appuyer sur des exemples concrets, sinon vous risquez de vous perdre dans les méandres des concepts et de la théorie. Et ce n’est pas bon signe ! 

Si le sujet est “Un roman doit-il instruire ou faire rêver ?”, appuyez-vous sur votre lecture des œuvres (surtout s’il y a un corpus) pour réfléchir grâce à des exemples concrets (le personnage de Lucien de Rubempré dans Illusions perdues nous apprend-il quelque chose ? Si oui, quoi ?). 

Remarque :

En philosophie, les concepts des grands auteurs et leur pensée sont vos boussoles : vous devez vous appuyer dessus, et non passer deux heures à réfléchir si oui ou non l’Homme est naturellement mauvais. Vous n’êtes pas Rousseau (désolé) et le correcteur n’attend pas de votre dissertation qu’elle soit le nouveau Contrat social !

-> Découvrez notre méthode infaillible pour éviter la paraphrase.

3° Ne confondez pas sujet et problématique

Fort de cette analyse des termes du sujet et du début de votre réflexion, vous devrez tirer une problématique qui guidera votre dissertation. Le sujet n’est pas une problématique : il est souvent bien trop large. Face au sujet “Les États-Unis et l’Europe depuis 1945”, votre dissertation pourrait devenir une thèse ! 

Derrière chaque sujet se cache un problème existentiel (si, si) ou, du moins, une raison pour laquelle l’examinateur l’a soumis à votre étude. Le but de la problématique est de faire émerger l’intérêt réel de ce sujet, et ainsi lui donner une direction, un angle d’attaque.

À la lumière de vos connaissances, vous devez donc trouver la tension qui se loge derrière ce sujet et proposer une problématique (car plusieurs sont possibles) qui vienne organiser la réponse que vous donnerez au sujet.

Exemple : Face au sujet sur les Fleurs du mal cité plus haut, on pourrait proposer la problématique suivante : “En quoi Baudelaire se sert-il d’une réalité triviale et jugée vulgaire, la ville et la vie parisienne, comme sujet de création poétique ?”.

C’est la nouveauté de ce sujet, jugé impropre, en poésie qui fait toute la modernité de Baudelaire et entraîne une révolution dans le monde littéraire. 

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

4° Ayez en tête les différents types de plan possibles

Cette réflexion menée, vous avez fait une grosse partie du travail. Bravo ! Il s’agit maintenant de répondre à la problématique à l’aide de vos connaissances. Pour cela, organiser votre propos est nécessaire, en parties et sous-parties

Vous avez sans doute entendu parler du plan dialectique et de sa fameuse construction en trois grandes parties, chacune dotée de trois sous-parties. Si cette construction est reine en dissertation académique, sachez qu’elle n’est pas la seule possible.

Selon les sujets, connaître d’autres manières de bâtir son plan peut être d’une grande aide et vous aider à organiser votre réflexion. La forme et le fond en même temps, on a dit !

Nous les rappelons pour vous : 

  • Le plan dialectique : le fameux thèse-antithèse-synthèse ! Ce plan, essence même de la dissertation, invite à présenter une première réponse, la plus évidente, que l’on va ensuite nuancer (et non pas contredire, attention !) pour enfin proposer une solution qui dépasse ces deux affirmations ;
  • Le plan analytique : celui-ci va analyser le sujet dans divers aspects. Il peut se résumer par la formule “quoi/comment/pourquoi”. D’apparence simpliste, ce plan peut être tout à fait pertinent et efficace ;
  • Le plan thématique : on étudie tour à tour les différents aspects d’une question. Attention cependant à ne pas tomber dans le catalogue ! 
  • Le plan chronologique : comme son nom l’indique, il suit la chronologie d’une question. Comme pour le plan thématique, attention au risque du catalogue : le plan chronologique doit être problématisé ! 

Une fois l’organisation la plus pertinente sélectionnée, remplissez votre brouillon de manière à obtenir un “plan détaillé”, où les idées de chaque partie et de chaque sous-partie sont notées, avec les exemples qui viendront les illustrer. Si le nombre des grandes parties n’est pas fixe, il est bon que votre travail en présente entre deux et quatre

Plus votre plan sera détaillé au brouillon, plus il sera ensuite aisé de rédiger. Pensez-y, car avec l’avancée de l’épreuve, la fatigue se fera de plus en plus ressentir. Un bon brouillon sera comme une bonne béquille : une aide pour finir votre chemin ! 

Vous devez impérativement équilibrer les sections de votre plan. Il faut éviter par exemple, d’avoir une grande partie avec quatre sous-parties tandis qu’une autre en aurait seulement deux. Chacune de vos grandes parties doit comporter le même nombre de sous-parties.

Assurez-vous de créer des transitions efficaces entre les sections principales de votre dissertation pour illustrer la cohérence de votre raisonnement. Le correcteur n’est pas familier avec votre manière d’écrire et voit votre analyse pour la première fois. Il faut lui faciliter la lecture et la compréhension en lui tenant la « main » tout au long du devoir. D’où l’importance des transitions.

En parlant de rédaction, passons à présent à nos conseils pour suivre les règles d’une dissertation bien écrite

8 conseils de pro pour rédiger une dissertation sans faute exceptionnelle

5° Soignez l’introduction et la conclusion

Qui dit argumentation dit introduction et conclusion : ces parties sont fondamentales pour votre travail. Les rédiger avec soin et attention est donc nécessaire. 

L’introduction vient synthétiser la réflexion que vous avez menée lors de l’analyse du sujet et donner la direction de votre dissertation. On doit pouvoir savoir de quoi vous allez parler dans l’ensemble de votre travail dès l’introduction. Et si celle-ci donne envie de le lire, c’est mieux !

L’introduction d’une dissertation n’est donc pas du tout la même chose qu’une introduction de commentaire de texte. Voici les éléments qui doivent être présents, dans cet ordre : 

  • Accroche ; 
  • Synthèse de votre analyse du sujet et définition des termes essentiels ; 
  • Problématique ; 
  • Annonce du plan. 

Gardez en tête qu’ici aussi il faut faire des transitions fluides entre chacune des parties. Ne vous contentez pas de juxtaposer les sections.

Assurez-vous de naviguer avec aisance de la citation à la définition des termes. Cela vous aidera à amener le paradoxe à partir duquel la problématique sera déduite naturellement, pour finalement exposer le plan répondant à cette problématique.

La conclusion, elle, vient achever votre dissertation et clore votre réflexion. Elle ne doit pas laisser un goût d’inachevé à votre lecteur ! L’idée est de reprendre tout le fil de votre réflexion afin de montrer que celle-ci est bien construite et aboutit au résultat que vous souhaitiez démontrer. 

La conclusion doit donc comporter : 

  • Un résumé de l’ensemble de votre travail, en reprenant notamment les grandes parties ; 
  • Un constat final (si l’en est) ; 
  • Une ouverture

Remarque :

Savoir comment faire une ouverture dans une conclusion est tout un art : celle-ci doit être à la fois pertinente et utile.

N’hésitez pas à rédiger votre conclusion avant la fin de votre dissertation. Au terme de votre travail, après 4 ou 5 heures, vous serez fatigué et risquez de produire une conclusion médiocre voire bâclée. N’avoir plus qu’à la recopier est une meilleure stratégie ! 

8 conseils de pro pour rédiger une dissertation sans faute exceptionnelle

6° Organisez vos parties et travaillez vos transitions

Vous avez vos idées notées au brouillon, votre introduction et votre conclusion sont rédigées : c’est bien ! Lors de la rédaction du corps de votre dissertation, veillez à garder une organisation et une structure nécessaires à tout bon développement.

Eh oui, si la dissertation est un exercice de style et de rédaction, celle-ci emprunte aux mathématiques une argumentation structurée, digne d’une démonstration. Le déroulé de votre développement doit être fluide et clair : n’hésitez pas à faire preuve de pédagogie et à utiliser des connecteurs logiques

Le plan n’est pas apparent : vous ne devez pas mettre des titres (avec des chiffres) pour chaque partie, mais bien annoncer clairement l’idée évoquée dans un paragraphe. 

Le squelette de chaque sous-partie doit ainsi ressembler à cela : 

  • Introduction de l’idée ; 
  • Explicitation ; 
  • Illustration avec un exemple pertinent et développé. 

Une phrase de transition viendra annoncer la sous-partie ou partie suivante. Facile, non ? 

Cell (6)

7° Illustrez vos parties avec des exemples

Si chaque sous-partie présente le développement d’une idée, rien de tel pour convaincre que la preuve par l’exemple. Celle-ci est reine en dissertation : votre travail devra être étayé et illustré par des exemples concrets. Cette exigence est valable pour toutes les matières, que ce soit en histoire, en philosophie ou en français. 

Assurez-vous de ne laisser aucune sous-partie sans exemple : citation d’une œuvre, explication d’une théorie philosophique ou fait historique daté viendront clarifier votre propos pour le lecteur. 

Voici un exemple en français :

Idée = Dans Les Fleurs du Mal, Baudelaire se penche sur des sujets triviaux, qui n’avaient jusqu’alors pas leur place en poésie.

Exemple = Il choisit par exemple comme thème une “horloge” (dans le poème du même nom) : cet objet du quotidien, banal, prend sous sa plume une dimension métaphorique et se transforme en dieu du temps.

8° Relisez-vous !

Dernier et ultime conseil : lors d’une épreuve, gérer votre temps de manière à pouvoir relire votre travail soigneusement. Cette relecture doit d’abord se faire au fur et à mesure (après chaque grande partie ou paragraphe), afin de vérifier le déroulé de votre argumentation. 

Remarque :

Naturellement, cette relecture sert également à vérifier l’écriture et la bonne orthographe de votre dissertation : des fautes d’accord risquent d’entacher un développement pourtant pertinent ! Traquez donc la moindre petite faute d’inattention lors de chaque lecture. 

Et si vous travaillez sur ordinateur, nous ne pouvons que vous conseiller d’utiliser un correcteur orthographique en ligne à la fin d’un travail acharné, comme MerciApp ! 

Une fois cette relecture faite, vous pouvez souffler : rendez votre copie, votre travail s’achève ici ! 

Les 10 erreurs à éviter lors de la réalisation d’une dissertation

1° Omettre la rédaction d’un brouillon

Omettre la rédaction d’un brouillon est une erreur critique lors de la préparation d’une dissertation.

Le brouillon sert de fondation à l’argumentation ; il permet de structurer les idées, de définir une ligne directive claire et d’organiser la pensée.

Sans cette étape préparatoire, l’argumentation risque d’être désordonnée, rendant le texte difficile à suivre pour le lecteur.

Le brouillon offre une opportunité d’expérimenter avec différents agencements des parties de la dissertation. Ce qui permet de choisir la structure la plus convaincante. C’est également lors de cette phase que l’étudiant peut identifier et combler les lacunes de ses arguments, affiner ses exemples et s’assurer de la pertinence de ses citations.

2° Se contenter de réciter ses cours sans développer une argumentation propre

Se contenter de réciter ses cours sans développer d’argumentation personnelle est une approche superficielle qui ne répond pas aux exigences d’une dissertation. Une bonne dissertation nécessite une analyse critique des informations, pas seulement leur reproduction.

L’étudiant doit démontrer sa capacité à penser de manière indépendante, à mettre en relation les connaissances acquises avec la question posée et à développer un argument soutenu par des preuves.

Sans cette dimension critique, le devoir reste au niveau d’un simple compte rendu et ne reflète pas une compréhension profonde ni une capacité à engager un dialogue intellectuel avec les sources.

L’argumentation est ce qui donne du poids au texte, elle engage le lecteur et démontre la maîtrise du sujet par l’étudiant.

Êtes-vous sûr(e) de toutes les connaître?

Téléchargez votre guide gratuit exclusif et révolutionnez votre écriture dès maintenant en évitant les 14 fautes qui minent votre crédibilité !

Book Mockup (1)
Book Mockup (1)

3° Ignorer la formulation d’une problématique

L’absence d’une problématique clairement formulée est souvent synonyme d’un manque de direction dans une dissertation.

La problématique fonctionne comme un fil rouge qui guide la réflexion et structure le développement de l’argumentation. La formulation d’une problématique permet de poser une question précise à laquelle la dissertation doit répondre.

Sans elle, le texte peut facilement devenir une suite d’affirmations disjointes qui ne convergent pas vers une conclusion cohérente.

Elle oriente la recherche d’informations et l’analyse, tout en aidant à maintenir la cohérence entre les différentes parties du texte. Une bonne problématique incite également à une exploration en profondeur du sujet, encourageant l’étudiant à aller au-delà des réponses superficielles.

4° Ne pas approfondir l’étude des œuvres

Négliger l’étude approfondie des œuvres sur lesquelles porte la dissertation est une erreur fondamentale.

Il faut avoir une connaissance solide des textes pour pouvoir les analyser de manière pertinente et pour soutenir efficacement les arguments.

Sans cette familiarité avec les œuvres, l’étudiant risque de se baser sur des interprétations superficielles ou incorrectes, ce qui affaiblit la crédibilité de l’analyse.

La connaissance des œuvres permet d’identifier et d’exploiter les nuances, les thèmes et les motifs essentiels à une compréhension profonde du sujet. Cela aide également à établir des liens intertextuels, un aspect souvent valorisé dans les dissertations de littérature.

5° Minimiser l’importance de parler de l’auteur

Ignorer l’influence de l’auteur sur l’œuvre analysée ou n’en parler que brièvement peut limiter la profondeur de l’analyse dans une dissertation.

La compréhension du contexte biographique, historique, et intellectuel dans lequel l’auteur a écrit peut éclairer des aspects de l’œuvre qui autrement pourraient rester obscurs. Cette approche enrichit l’argumentation en fournissant des clés de lecture qui sont souvent décisives pour l’interprétation des textes.

Par exemple, connaître les engagements politiques, les influences philosophiques ou les événements personnels marquants dans la vie de l’auteur peut aider à comprendre des choix thématiques ou stylistiques dans ses œuvres.

6° Laisser une présentation dense et mal organisée de sa copie

Une présentation dense et mal aérée rend la lecture de la dissertation difficile et peut décourager le lecteur, y compris l’examinateur.

L’organisation visuelle du texte joue un rôle important dans la manière dont les idées sont perçues. Des paragraphes bien structurés, des titres de sections clairement indiqués et un espacement adéquat entre les idées principales facilitent la compréhension et la navigation à travers le texte.

Cela aide non seulement à maintenir l’attention du lecteur mais souligne également la structure logique de l’argumentation. Une bonne présentation visuelle reflète une pensée organisée et une approche méthodique, des qualités essentielles dans tout travail académique.

Une dissertation garantie sans faute avec MerciApp

MerciApp booste votre rédaction ! Son autocorrection intelligente vous aide à éliminer les fautes d’orthographe en un clin d’œil, garantissant une dissertation impeccable. C’est l’outil idéal pour des textes de qualité.

7° Omettre les transitions entre les parties

L’absence de transitions fluides entre les différentes sections d’une dissertation peut créer une impression de discontinuité et de fragmentation.

Les transitions servent à lier les idées, à clarifier les relations entre les parties du texte, et à guider le lecteur à travers l’argumentation. Elles renforcent la cohérence globale du devoir et aident à construire un argument persuasif.

Sans transitions appropriées, chaque partie peut sembler isolée, ce qui rend difficile pour le lecteur de voir comment les différentes sections contribuent à l’argumentation globale.

De bonnes transitions, en revanche, assurent une progression logique et renforcent l’unité du texte.

8° Utiliser un plan générique inadapté au sujet spécifique

Utiliser un plan générique pour toutes les dissertations est une pratique qui peut mener à un traitement superficiel du sujet.

Chaque dissertation est unique et doit être traitée comme telle ; le plan doit refléter les spécificités du sujet et des exigences de la question posée. Un plan adapté permet de mieux explorer les nuances du sujet et de développer une argumentation plus profonde et plus originale.

En adaptant le plan à chaque nouvelle dissertation, l’étudiant démontre sa capacité à penser de manière critique et créative, qualités essentielles pour réussir dans les études supérieures.

9° Commencer la rédaction sans une analyse préalable approfondie du sujet

Commencer à rédiger sans avoir analysé en profondeur le sujet est une erreur qui peut conduire à des malentendus fondamentaux sur ce qui est demandé.

Une analyse approfondie du sujet est nécessaire pour comprendre toutes ses dimensions et subtilités. Cela implique de décomposer la question, de réfléchir aux termes clés et aux concepts impliqués, et de considérer différentes interprétations possibles.

Une bonne compréhension du sujet permet de formuler une réponse appropriée et d’éviter de dévier du sujet. Elle est également indispensable pour poser une problématique pertinente et pour choisir les exemples les plus significatifs à discuter.

10° Écrire une suite d’idées non reliées entre elles

Écrire une dissertation en énumérant les idées sans les relier logiquement entre elles ni les développer pleinement est une pratique qui nuit gravement à la qualité de l’argumentation.

Les connecteurs logiques assurent la fluidité du texte et montrent comment les idées s’articulent et se soutiennent mutuellement. Ils sont importants dans la construction d’une argumentation cohérente et persuasive.

Chaque idée présentée doit être suffisamment développée et soutenue par des arguments et des exemples pertinents.

Cela démontre non seulement la maîtrise du sujet, mais aussi la capacité à penser de manière analytique et critique.

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Aidez vos amis à parfaire leur français

Partagez-leur cette page

Avatar de l'auteur Arthur Comets

Très intéressé par les nouvelles technologies, c'est en 1997 que je découvre Internet. Je passe alors des journées entières à me perdre dans les profondeurs de la toile. Plus de 20 ans plus tard, ma fibre pour le web et le business m'orienteront naturellement vers une carrière dans le webmarketing et le SEO. En mai 2022, j’ai rejoint l’aventure MerciApp pour faire passer un nouveau cap au trafic organique du site et profiter d’une expérience humaine et professionnelle hors du commun.