Le doublement des consonnes

13 minutes


Il est souvent très difficile de savoir s’il faut doubler ou non une consonne, la prononciation étant rarement fiable.

De plus, les dérivations ne respectent pas toujours les mêmes règles.

Exemple :

Bouton → boutonneux

Nation → national

Le doublement ou non d’une consonne dépend des lettres qui la précèdent ou qui la suivent et de sa position dans le mot.

  • Généralement une consonne n’est jamais doublée après une voyelle surmontée d’un accent et après les groupes de lettres ai, au et oi.
  • On ne trouve jamais de consonnes doubles en position initiale ou finale d’un mot ni après un a– privatif, c’est-à-dire, qui prive un mot de son sens positif.

    Exemples :
    Amagnétique, analphabète, anormal, aphone, asocial.
  • On double les consonnes à la jonction d’un préfixe et d’un radical, principalement lorsque la dernière lettre du préfixe et la première lettre du radical sont identiques.

    Exemples :
    Accablement, addiction, affaire, agglomérer, apporter, s’attarder, collaborer, correspondant, illicite, irréel.

    Exception : Apercevoir.

Remarque :
Les consonnes j, q, v, w et x ne doublent jamais.

Les consonnes b, d, g et z doublent quelquefois

Le doublement du b

Exemples :
Abbé, bubble-gum, clubbeur, dribble, gabbro, gibbon, gibbosité, hobby, kabbale, kebbé, kibboutz, koubba, labbe, lobby, phubbing, rabbin, sabbat, scrabble, scrubber
et leurs dérivés éventuels.

Le doublement du d

Exemples :
Addax, addenda, addictif, addition, adducteur, bouddhisme, buddleia, caddy, cheddar, haddock, kaddish, lyddite, paddle, paddock, paddy, pudding, reddition, yiddish.

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Le doublement du g

  1. Le g n’est généralement pas doublé.

    Exemples :
    Agrafe, garage, vague, agrume.

    Sauf dans quelques mots, empruntés le plus souvent à d’autres langues. Il note différents sons.

    Si vous avez des doutes, connectez le correcteur MerciApp, il assurera vos arrières.
  1. Le double g se prononce [g]

    Exemples :
    Aggadah, bootlegger, buggy, debugging, doggy-bag, jogging, foggara, groggy, hygge, keylogger, legging, nugget, outrigger, raggamufin, reggae, tagger, toboggan, tregging, veggie, ziggourat.


    Ainsi que dans : agglomérer, agglutiner, aggraver, suggérer et leurs dérivés.
  1. Le double g se prononce [gʒ] (gj)

    Exemples :
    Suggestion
    et ses dérivés.
  1. Le double g se prononce [dʒ] (dj)

    Exemple :
    Loggia.
  1. Le double g se prononce[ʒj] (j)

    Exemples :
    Aggiornamento, appoggiature.

Le doublement du z

Il ne se rencontre que dans quelques mots empruntés et note deux sons différents.

  1. Le double z se prononce [z]
    Exemples :
    B
    lizzard, grizzli, gin-fizz, jazz.
  1. Le double z se prononce [dz]
    Exemples :
    Intermezzo, lazzi, lipizzan, mezzanine, mezzé, mozzarella, muezzin, paparazzi, pizza, pouzzolane, pupazzo, razzia, rezzou, terrazzo, whizz-kid
    (et leurs dérivés éventuels) ainsi que tous les mots construits avec le préfixe mezzo (mezzo-soprano).

Les consonnes h et k doublent très rarement.

Exemples :
Wahhabisme et wahhabite.

Exemples :
Akkadien, drakkar, hakka, hanoukka, markka, quokka, slikke, trekking
et ses dérivés.

Le doublement du c

Le c doublé, cc, possède trois sons :

  1. Le double c se prononce [k]
  • Dans les termes contenant ac– au début ou au milieu du mot.

    Lorsqu’il est suivi des voyelles a, o et u.
    Exemples :
    Accablement, accaparer, accastillage ; maccarthysme, saccager.
    Accolade, accordéon, accoudoir ; désaccord, raccommoder.
    Accueillant, accumulation, accuser ; bioaccumulable, coaccusation.

    Sauf dans les mots suivants :
    Acabit, acacia, académie, acajou, acanthe, acariâtre, acarien, acolyte, acompte, acoustique, acuité, acupuncture et leurs dérivés.

    Ainsi que dans la plupart des mots où ac– est suivi d’une consonne.
    Exemples :
    Acné, acra, acrobate, acteur, macfarlane (manteau à grand col), pacfung (alliage de cuivre).
  1. Lorsqu’il est suivi d’un h
    Exemples :
    Bacchante, bacchanal, gno
    cchi, macchabée, paccheri, radicchio, saccharase.
  1. Dans les mots contenant oc– au début ou au milieu du mot.
    Exemples :
    Occurrence, occasion, occuper, sirocco, socca.
  1. Dans certains mots d’origine étrangère (grecque, italienne, antillaise, etc.).
    Exemples :
    Coccolite, échinococcose, hocco, laccolite, piccolo.
  1. Après les syllabes bac, rac, sac, suc.
    Exemples :
    Baccalauréat, baccarat, raccompagner, saccager, sacculine, succomber, succulent.


    Exceptions :
    Bâcler, bactérie, racaille, racoler, raconter, sacoche, sacre, sucre, sucer et leurs dérivés.
  1. Le double c se prononce [ks] lorsqu’il est suivi des voyelles e, i, y.
    Exemples :
    A
    ccéder, accélérateur, accepter, accident, coccyx, occipital, sacciforme, succès, vaccination.
  1. Le double c se prononce [tʃ] dans des mots d’origine italienne.
    Exemples :
    Brocciu, carpaccio, cappuccino, castagnaccio, focaccia.

Remarques :

Le c n’est pas doublé :

  • Dans les mots : ocarina, ocre, oculaire et leurs dérivés.
  • Ainsi que dans les mots où oc– est suivi d’un t.
    Exemples :
    Doctrine, concocter, décoction, noctambule, octave, octet, octobre, octroyer.
  • Dans les mots commençant par ec– et ic– et suivis des voyelles a, o, u.
    Exemples :
    Écaille, écarlate, écart, écobuage, économie, écouter, icône, iconodule.

Exceptions :

Ecchymose, ecclésiastique et ses dérivés.

Le doublement du f


Le f doublé, ff, se rencontre généralement :

  1. Dans les mots commençant par af–, ef–, of–, bouf, dif–, raf–, sif–, souf–, suf–.

Exemples :
Affaire, affection, affirmer, effectif, effleurer, officiel, offrande, bouffée, bouffon, différer, difficilement, diffuser, raffinerie, raffoler, siffler, souffle, souffrir, suffisant, suffoquer.

Exceptions :
A
fin, afghan, africain, afocal, rafale, rafistoler, rafler, rafraîchir, rafiot, soufre, soufisme et leurs dérivés.

  1. Au milieu d’un mot, le plus souvent entre deux voyelles.

Exemples :
Coffre, coiffure, couffin, essouffler, étoffe, fieffé, gouffre, greffe, inoffensif, insuffisant, joufflu, mouffette, muffin, paraffine, pouffer, raffinerie, rebuffade, taffetas, truffe.

Exceptions :
Les mots contenant les sons af (agrafe, cafetière, girafe…), fl (moufle, gifler, réfléchir…) et fère (conifère, mammifère, somnifère…).

Le doublement du l

  1. Le l doublé se prononce [l] au début d’un mot
  • Le l est généralement doublé dans les mots commençant par il–.
    Exemples :
    Illisible, illégal, illégitime, illettré, illicite, illisible, illogique, illuminer, illusion, illustrer.

    Exceptions :
    Ilion, île, iléon, ilote et leurs dérivés, ainsi qu’ilang-ilang.
  • Le l n’est généralement pas doublé dans les mots commençant par el–, ol– et ul–.
    Exemples :
    Élastique, éloge, élire, olfactif, oléoduc, ulcère, ultérieur.

    Exceptions :
    Elle, ellébore, ellipse et ses dérivés.
  1. Le l doublé se prononce [l] au milieu d’un mot

Le l est souvent doublé lorsqu’on veut obtenir :

  • Le son [ɛ] (devant un e muet)
    Exemples :
    J’appelle, bagatelle, belle, caravelle, étincelle, ficelle, vaisselle,

    Sauf lorsqu’il est précédé d’un e accentué.
    Exemples :
    Clientèle, fidèle, grêle, parallèle et leurs dérivés.
  • Le son [j] après un i
    Exemples :
    Fille, jonquille, juillet, paille, torpille.
  1. Le l est doublé à la fin d’un mot, dans la forme féminine des noms et adjectifs finissant :
  • Par –el
    Exemples :
    Artificiel
    artificielle.
    Industriel industrielle.
    Occasionnel
    occasionnelle.
    Officiel
    officielle.
  • Par –eil(deux cas)
    Pareil
    pareille.
    Vermeil
    vermeille.
  • Par –ul (un seul cas.
    Nul → nulle.

Remarque :
Le
l est doublé dans : apollon et moelle.

Le doublement du m

  1. Le m doublé au début d’un mot

Le m est doublé :

  • Dans les mots commençant par com–, im–, mam– suivis d’une voyelle.
    Exemples :
    Commerce, communication, commutateur, immortel, immunité, mammifère, mammouth
    et leurs dérivés éventuels.

    Exceptions :
    Coma, comédie, comédon, comestible, comète, comique, comice, comité.
    Image, imitation ; maman, mamelle et leurs dérivés.
  • Dans les mots commençant –ém.
    Exemples :
    Émail, émanation, émancipation, émarger, émasculation, émission
    et leurs dérivés.
  1. Le m doublé au milieu d’un mot
  • Dans les adverbes formés à partir d’adjectifs terminés par –ant ou –ent.
    Exemples :
    Abondamment, arrogamment, bienveillamment, brillamment, bruyamment, constamment ; Décemment, différemment, évidemment, excellemment, fréquemment, impatiemment, récemment.
  • Dans les mots en –gramme.
    Exemples :

    Kilogramme, logigramme, milligramme, organigramme, programme.
  • Après les voyelles a, e et o, dans les mots où le double m forme une syllabe brève.
    Exemples :
    Femme, grammaire, homme, pomme, somme, flamme
    (bien que la voyelle –a soit longue).
    Remarques :
  1. Le m n’est pas doublé :
  • Dans les mots commençant par am–, om– et dom–.
    Exemples :
    Amadouer, amener, amical, amortir ; ombilic, ombrelle, omelette ; domaine, dominical.
    Exceptions :

    Ammocète, ammoniac, ammonite, dommage et leurs dérivés.
  • Dans les mots commençants par –em suivis des consonnes b ou p.
    Exemples :
    Emballage, embarcation, embardée, embarras, embastiller, empirer.
  • Quand il est précédé d’un è ou d’un ê.
    Exemples :
    Anathème, neuvième, œdème, poème, problème, système ; carême, même.

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Le doublement du n

  1. Le n est doublé au milieu d’un mot

Le n est doublé :

  • Lorsqu’un verbe est formé à partir d’un nom terminé en –on.
    Exemples :
    Bouton boutonner, chiffon chiffonner, confection confectionner, raison raisonner.

    Exceptions :
    Assoner, s’époumoner et ramoner.
  • Dans les mots en –onnisme et –onniste s’ils dérivent d’un mot en –sion ou –tion.
    Exemples :
    Illusion
    illusionnisme, impression impressionniste.
    Intervention
    interventionnisme, nutrition nutritionniste.
  • Dans les mots en –onnalisme, –onnaliste, –onnalité, –onnaliser et –onnalisation et leurs dérivés.
    Exemples :
    Confessionnalisme, conventionnalisme ; constitutionnaliste, opérationnaliste ; fonctionnalité, saisonnalité ; constitutionnaliser, institutionnaliser ; personnalisation, professionnalisation.
  • Dans les mots en –onnel, –onnelle et –onnellement.
    Exemples :

    Personnel, traditionnel ; citronnelle, exceptionnelle, tonnelle ; professionnellement, proportionnellement.

    Exceptions :
    Colonel, donelle, gonelle, inconel, légionelle, monel, salmonelle.
  • Dans les adjectifs et noms féminins dont le masculin se termine par –en ou –on.
    Exemples :
    Collégien collégienne, électricien électricienne, magicien magicienne,
    Baron baronne, fanfaron fanfaronne, mignon mignonne, piéton piétonne.

Remarques :

Le n n’est généralement pas doublé

  • Dans les mots commençant par an–, en–, in–, on– et un–.
    Exemples :
    Animal, énigme, inédit, onéreux, unifier.


    Exceptions :
    Anneau, année, annexe, annihiler, annoncer, annoter, annuaire, annulaire ; enneiger, ennemi, ennoblir, ennui ; inné, innerver, innocent, innocuité, innombrable, innommable, innover et leurs dérivés.
  • Dans les mots en –onal.
    Exemples :

    Cyclonal, diagonal, hexagonal, national, régional, tonal et leurs dérivés.

    Exception :
    Confessionnal.
  • Dans les mots en –onalisme, –onaliste, –onalité, –onaliser et –onalisation.
    Exemples :
    Nationalisme, rationaliste, régionaliser, tonalité, traditionalisme, zonalité et leurs dérivés.

Attention :

Certains mots, bien qu’appartenant à la même famille, ne suivent pas les mêmes règles

Consonne consonance ; donner donation ; honneur honorer ; rationnel rationalité ; résonner résonance ; sonner sonorité  ; traditionnel traditionalisme.


Le doublement du p

  1. Le p est doublé au début d’un mot
  • Dans les mots commençant par ap–, houp–, op– sup–
    Exemples :
    Apparaître, appétit, appliquer, apposition, apprécier ;
    houppe, houppelande, houppier ;
    opportunité, opposer, opprimer ;
    supplément, support, supposé, supprimer.

    Exceptions :
    Apache, apaiser, apanage, apercevoir, apéritif, apesanteur, apeurer, apiculteur, apitoyer, aplanir, aplatir, aplomb, apogée, apostrophe, apurer, opium, superbe, suprême.
  • Dans les mots commençant par l’élément grec hippo– ou qui appartient à la même famille.
    Exemples :
    Hippocampe, hippodrome, hippologie, hippopotame, hippique, hipparion, hipparchie
    .
  1. Le p est doublé au milieu d’un mot

Le p est doublé dans les mots contenant l’élément –ap et –op.

Exemples :
Chappe, désappointer, échapper, frapper, grappe, happer, japper, nappe, rapport, trapp;
chopper, droppage, enveloppe, échoppe, inopportun, stopper
et leurs dérivés.

Ainsi que dans les emprunts : cappuccino, kidnapper, shopping, slapping, topping.

Remarque :

Le p n’est pas doublé dans tous les mots qui commencent par les préfixes aph– et super.

Exemples :

Aphone, aphorisme, aphrodisiaque, superposer, superpouvoir, superpuissance et leurs dérivés éventuels.

Le doublement du r

  1. Le r est doublé au début d’un mot

Le r est généralement doublé devant une voyelle :

  • Dans les mots commençant par cor– et ir–.
    Exemples :
    Correction, corrida, corrompre, irréel, irriguer.

    Exceptions :
    Coran, corail, coriace, coriandre, corolle, coron, coronaire, irascible, iranien, iraquien, ire, irénique, iris, iroko, ironie, iroquois et leurs dérivés.
  • Dans les mots commençant par bour–, four–, nour– et pour–.
    Exemples :
    Bourrage, bourrelet, fourrage fourrer, nourriture, pourrir.
  • Au futur et au conditionnel des verbes acquérir, courir, envoyer, mourir, pouvoir, voir et leurs dérivés.
    Exemples :
    Vous acquerrez, elles courront, nous enverrions, elle mourra, ils pourront, tu verrais.

Remarque :
Le r n’est pas doublé
dans les mots commençant par ér– et hor– ainsi que dans les mots composés avec hors–.

Exemples :
Érable, érudit, horaire, horde, horloge, horizon, hormone, hormone, horoscope, horticulture
et leurs dérivés éventuels ; hors-bord, hors-d’œuvre, etc.


Sauf dans : errer, horreur, horripiler et leurs dérivés.

Le doublement du s

  1. Le s est doublé
  • Pour obtenir le son [s] entre deux voyelles.
    Exemples :
    Boisson, adresse, chaussure, embrasser, essence, essuyer, fossile, frisson, graisse, missile, mousse, tissu.
    Sauf dans : imprésario, susurrer et leurs dérivés.

Remarques :

Le s n’est pas doublé après des préfixes tels contre–, entre–, re–, dans certains mots composés ou des emprunts.
Le s seul entre deux voyelles se prononce [s].
Exemples :
Resaler, resemer, antisèche, asocial, contresens, entresoi, peseta, peso, sesotho, tournesol.

Le doublement du t

  1. Le t est doublé au début d’un mot

Le t est doublé dans les verbes commençant par at– et leurs dérivés.

Exemples :
Attacher, attabler, attendre, atterrir, attirer, etc.

Sauf dans : atermoyer, atomiser, atourner, atrophier et leurs dérivés.

  1. Le t est doublé au milieu d’un mot

Le t est souvent doublé :

  • Lorsqu’on veut obtenir le son [ɛ], notamment dans la forme féminine des noms en ‑et et dans les conjugaisons de nombreux verbes en –eter.
    Exemples :
    Assiette, cassette, liquette, palette, pipelette, roulette, trottinette.
    Blondinette, cadette, coquette, douillette, rondelette, sujette,
    Je brevettes, ils dépaquettent, tu jettes, elle marquette, il piquette.

    Sauf dans : j’achète, athlète, épithète, interprète, pataouète, perluète, perpète, planète, poète, préfète, prophète, proxénète, saynète, secrète, vénète.
  • Dans les emprunts.
    Exemples :
    Allegretto, amaretto, duetto, ghetto, panettone, ristretto, spaghetti, stiletto, vaporetto.

Remarque :

Le t est employé seul dans les mots qui commencent par ét–, it–, ot– ou ut–.

Exemples :
Étage, étirer ; italien, itératif ; otage, otite ; utile, utopique.

Sauf dans : ottoman et ottonien.

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Le meilleur de votre expression écrite.

MerciApp analyse et corrige en temps réel tout ce que vous écrivez pour vous garantir de faire bonne impression à l’écrit.

Fonctionne avec tous vos outils préférés

Aidez vos amis à parfaire leur français

Partagez-leur cette page